Le NFC va-t-il remplacer les QR codes?

Affiche NFC Google Places

C’est un débat qui agite le web depuis quelques temps déjà, mais qui a pris une nouvelle ampleur depuis que Google a annoncé qu’il abandonnait les QR codes dans son service Google Places, et a commencé à délivrer des affiches intégrant des étiquettes NFC dans une dizaines de villes américaines. Beaucoup y ont vu la mort prochaine et inévitable des QR codes. Que faut il en penser?

Tout d’abord, un bref rappel de ce qu’est la technologie NFC (acronyme de Near Field Communication, c’est à dire Communication en Champ Proche, plus souvent désignée en français sous le terme Communication sans contact).
NFC est une technologie de communication à courte distance, sans contact, entre deux « objets », par exemple une carte et un terminal de paiement, un téléphone et un terminal de paiement, une affiche publicitaire et un téléphone, etc…
Cette technologie est un sous-ensemble d’une technologie plus vaste, largement utilisée dans l’industrie : le RFID.

Le principe en est simple. Un objet compatible NFC contient une « signature » qui lui est propre, et est capable de communiquer cette signature à un autre objet compatible NFC, à condition que celui-ci soit suffisamment près (moins de 10 à 15 cm).
Cette signature va être interprétée par le deuxième objet pour déclencher une action – payer un achat, ouvrir une vidéo, etc…

Il y a deux sortes d’objets NFC :

  1. les objets actifs. Ils contiennent un émetteur capable d’envoyer une onde NFC. Pour cela, ils ont besoin d’une source d’énergie, par exemple une batterie. Par exemple, un téléphone mobile compatible NFC entre dans cette catégorie.
  2. les objets passifs. A réception d’une onde émise par un objet actif, ils renvoient une onde contenant leur « signature ». Ils n’ont pas besoin de source d’énergie. Par exemple, les étiquettes NFC entrent dans cette catégorie.

Deux objets passifs ne peuvent pas échanger d’information entre eux.
Deux objets actifs, au contraire, peuvent le faire sans problème.

Cette vidéo d’un prototype de lecteur NFC utilisant un iPhone est une bonne illustration du fonctionnement. L’iPhone est l’objet actif, les jouets contiennent chacun une étiquette NFC passive. Comme les iPhone actuels ne sont pas encore équipés en NFC, cette démonstration utilise un composant supplémentaire. Cependant, le prochain iPhone devrait être compatible NFC, comme l’est aujourd’hui le Nexus S, et ne nécessitera donc aucun périphérique complémentaire pour interagir.

Quels peuvent donc être les principaux usages du NFC pour le grand public?

L’application qui excite le plus l’industrie est le paiement à partir d’un téléphone mobile. En effet, il suffirait d’approcher son téléphone d’une borne de paiement NFC pour payer un achat. Le téléphone mobile deviendrait ainsi un porte-monnaie électronique sécurisé. Lorsque les PC seront également compatibles NFC, on peut même imaginer payer un achat en ligne en approchant son téléphone de son PC!
Google, Apple, Amazon, Microsoft, Paypal, pour ne citer qu’eux,travaillent activement sur le sujet.
Au Japon, cette solution est déjà utilisée massivement depuis des années, sous le nom de FeliCa.
Une variante de cet usage permet d’utiliser son téléphone pour payer les transports en commun, comme, par exemple et à titre expérimental, à Nice.

Un autre champ d’application prometteur est la publicité, et particulièrement la publicité géolocalisée. Les affiches vont progressivement être équipées d’étiquettes NFC. En approchant son téléphone d’une affiche, on pourra accéder à de l’information complémentaire, réserver un spectacle… Et si ce service est associé à une géolocalisation, les informations pourront être adaptées au lieu. Google et Apple semblent particulièrement actifs dans ce domaine.

Par ailleurs, les terminaux NFC pouvant communiquer entre eux, on pourra facilement, par exemple, transmettre sa carte de visite électronique, juste en approchant deux téléphones.

On le voit, certains de ces usages peuvent également être obtenus en utilisant un QR code (affiche communicante, transfert de carte de visite), d’autres sont propres au NFC (paiement). Que faut-il donc en penser? Le QR code est il déjà mort? Doit on immédiatement intégrer le NFC dans ses campagnes de communication?
Je vous exposerai mon avis sur le sujet dans le prochain post.

Ces technologies vous intéressent? Venez nous rendre visite : http://augmentedmedia.com !

Publicités

Un QR code géant pour promouvoir l’ouverture d’une boutique

Difficile de ne pas le remarquer! Il trône au dessus de la rue Sainte Catherine, rue commerçante la plus fréquentée du centre ville de Montréal.

Promotion du lancement de la boutique Vans-OTH

Son objectif? Conduire le passant curieux vers un site mobile annonçant l’ouverture prochaine d’une boutique conjointe Vans – Off the Hook.
Et l’inviter à participer à un tirage au sort pour gagner une invitation à la soirée d’ouverture.

Le QR code a été créé à partir de la plateforme bit.ly, et a été personnalisé : les points noirs sont des visuels de chaussures :

Une belle réalisation, mais pourquoi ne pas avoir annoncé clairement sur l’affiche la possibilité de gagner une invitation à la soirée d’ouverture?! L’incitation à scanner le code n’en aurait été que plus forte…

Un QR code pour favoriser le commerce de proximité

Comme je l’ai écrit dans de précédents posts, je suis convaincu que, bien utilisés, les QR codes peuvent être très efficaces lorsqu’ils sont mis au service de boutiques ou magasins de proximité.

Voilà un exemple récent, réalisé à Chicago, et décrit (en anglais) sur cet article de blog.

Le principe de l’opération est simple, et sa mise en oeuvre me semble réunir plusieurs clés de succès :

Le QR code est très grand, très visible. Il ne peut pas être ignoré, et sa lisibilité, même de loin et avec un lecteur peu performant, est assurée.

QR code géant pour promouvoir une boutique locale

La page vers laquelle conduit ce code est optimisée pour un écran de téléphone mobile (même si son look est, à mon avis, peu attractif)

La proposition de valeur est simple et attractive : une remise (un « coupon ») pour acheter un produit dans une boutique à proximité.

Un faiblesse à mon sens : le texte « scan me » au sommet de l’affiche n’est pas suffisamment incitatif, ce qui doit fortement réduire l’efficacité du concept. Dommage…

Une vidéo du fonctionnement du dispositif est disponible ici.