Le NFC va-t-il remplacer les QR codes?

Affiche NFC Google Places

C’est un débat qui agite le web depuis quelques temps déjà, mais qui a pris une nouvelle ampleur depuis que Google a annoncé qu’il abandonnait les QR codes dans son service Google Places, et a commencé à délivrer des affiches intégrant des étiquettes NFC dans une dizaines de villes américaines. Beaucoup y ont vu la mort prochaine et inévitable des QR codes. Que faut il en penser?

Tout d’abord, un bref rappel de ce qu’est la technologie NFC (acronyme de Near Field Communication, c’est à dire Communication en Champ Proche, plus souvent désignée en français sous le terme Communication sans contact).
NFC est une technologie de communication à courte distance, sans contact, entre deux « objets », par exemple une carte et un terminal de paiement, un téléphone et un terminal de paiement, une affiche publicitaire et un téléphone, etc…
Cette technologie est un sous-ensemble d’une technologie plus vaste, largement utilisée dans l’industrie : le RFID.

Le principe en est simple. Un objet compatible NFC contient une « signature » qui lui est propre, et est capable de communiquer cette signature à un autre objet compatible NFC, à condition que celui-ci soit suffisamment près (moins de 10 à 15 cm).
Cette signature va être interprétée par le deuxième objet pour déclencher une action – payer un achat, ouvrir une vidéo, etc…

Il y a deux sortes d’objets NFC :

  1. les objets actifs. Ils contiennent un émetteur capable d’envoyer une onde NFC. Pour cela, ils ont besoin d’une source d’énergie, par exemple une batterie. Par exemple, un téléphone mobile compatible NFC entre dans cette catégorie.
  2. les objets passifs. A réception d’une onde émise par un objet actif, ils renvoient une onde contenant leur « signature ». Ils n’ont pas besoin de source d’énergie. Par exemple, les étiquettes NFC entrent dans cette catégorie.

Deux objets passifs ne peuvent pas échanger d’information entre eux.
Deux objets actifs, au contraire, peuvent le faire sans problème.

Cette vidéo d’un prototype de lecteur NFC utilisant un iPhone est une bonne illustration du fonctionnement. L’iPhone est l’objet actif, les jouets contiennent chacun une étiquette NFC passive. Comme les iPhone actuels ne sont pas encore équipés en NFC, cette démonstration utilise un composant supplémentaire. Cependant, le prochain iPhone devrait être compatible NFC, comme l’est aujourd’hui le Nexus S, et ne nécessitera donc aucun périphérique complémentaire pour interagir.

Quels peuvent donc être les principaux usages du NFC pour le grand public?

L’application qui excite le plus l’industrie est le paiement à partir d’un téléphone mobile. En effet, il suffirait d’approcher son téléphone d’une borne de paiement NFC pour payer un achat. Le téléphone mobile deviendrait ainsi un porte-monnaie électronique sécurisé. Lorsque les PC seront également compatibles NFC, on peut même imaginer payer un achat en ligne en approchant son téléphone de son PC!
Google, Apple, Amazon, Microsoft, Paypal, pour ne citer qu’eux,travaillent activement sur le sujet.
Au Japon, cette solution est déjà utilisée massivement depuis des années, sous le nom de FeliCa.
Une variante de cet usage permet d’utiliser son téléphone pour payer les transports en commun, comme, par exemple et à titre expérimental, à Nice.

Un autre champ d’application prometteur est la publicité, et particulièrement la publicité géolocalisée. Les affiches vont progressivement être équipées d’étiquettes NFC. En approchant son téléphone d’une affiche, on pourra accéder à de l’information complémentaire, réserver un spectacle… Et si ce service est associé à une géolocalisation, les informations pourront être adaptées au lieu. Google et Apple semblent particulièrement actifs dans ce domaine.

Par ailleurs, les terminaux NFC pouvant communiquer entre eux, on pourra facilement, par exemple, transmettre sa carte de visite électronique, juste en approchant deux téléphones.

On le voit, certains de ces usages peuvent également être obtenus en utilisant un QR code (affiche communicante, transfert de carte de visite), d’autres sont propres au NFC (paiement). Que faut-il donc en penser? Le QR code est il déjà mort? Doit on immédiatement intégrer le NFC dans ses campagnes de communication?
Je vous exposerai mon avis sur le sujet dans le prochain post.

Ces technologies vous intéressent? Venez nous rendre visite : http://augmentedmedia.com !

Publicités

Un QR code géant pour promouvoir l’ouverture d’une boutique

Difficile de ne pas le remarquer! Il trône au dessus de la rue Sainte Catherine, rue commerçante la plus fréquentée du centre ville de Montréal.

Promotion du lancement de la boutique Vans-OTH

Son objectif? Conduire le passant curieux vers un site mobile annonçant l’ouverture prochaine d’une boutique conjointe Vans – Off the Hook.
Et l’inviter à participer à un tirage au sort pour gagner une invitation à la soirée d’ouverture.

Le QR code a été créé à partir de la plateforme bit.ly, et a été personnalisé : les points noirs sont des visuels de chaussures :

Une belle réalisation, mais pourquoi ne pas avoir annoncé clairement sur l’affiche la possibilité de gagner une invitation à la soirée d’ouverture?! L’incitation à scanner le code n’en aurait été que plus forte…

Google arrête son expérience QR codes sur Google Places. Que doit on en penser?

(Article édité)

Google a annoncé hier qu’il mettait fin à son expérience de proposer la possibilité aux commerces (boutiques, restaurants) d’éditer des QR codes à partir du service Google Places.

Google Places QR code

Depuis, j’ai lu un peu tout et n’importe quoi sur le sujet, le plus étonnant étant les blogs voyant en cette décision l’annonce de la fin des QR codes! (en aucune façon cette fonction était  fondamentale pour le succès ou l’échec des QR codes!).
L’idée générale que cet arrêt est destiné à ouvrir la voix au NFC me semble également difficile à croire… (voir ajout à la fin de l’article)

Regardons donc ce qu’est (était) ce service, essayons de comprendre pourquoi Google met fin à cette expérience, et ce que son arrêt implique pour les QR codes en général.

Google a lancé ce service fin 2009, pour promouvoir son service « favorite places » aux Etats Unis. Ce service permet d’accéder à des informations supplémentaires sur un commerce, dont la description du commerce, des offres promotionnelles, les commentaires des internautes, etc… Si vous ne connaissez pas, en voici un exemple.

Google a consacré des moyens importants à ce lancement, puisque 100 000 pancartes ont été envoyées à 100 000 commerces aux US, pour être placées dans leur vitrine. La video du lancement est toujours disponible sur Youtube.

Après cet envoi massif, Google avait inclus la possibilité de générer l’affiche directement depuis son compte Places. La semaine dernière, cette fonctionnalité a été supprimée, et hier Google a annoncé au blog Blumenthals qu’il réfléchissait à un service alternatif… « Users will no longer find unique QR codes in their Places accounts. We’re exploring new ways to enable customers to quickly and easily find information about local businesses from their mobile phones. »

Voila pour les faits.

La raison de l’arrêt maintenant. Google n’a pas encore donné d’explications détaillées, mais on peut penser que le succès a été inférieur aux attentes. Ceci étant, le service ne devait pas coûter cher à Google, et l’arrêter brutalement, sans explication et sans technologie directe de remplacement semble étrange.

Contrairement à ce que j’ai lu dans tous les blogs qui ont traité du sujet, je ne crois pas trop à l’interprétation qui lie cet arrêt à une promotion de la technologie NFC (transmission d’informations sans contact, au moyen de puces électroniques), cette technologie étant peu adaptée à ce type d’interaction, et absolument pas mature aux US en ce qui concerne le parc de téléphones mobiles. (voir complément en fin d’article)

La brutalité de l’arrêt pourrait faire penser à un problème de Propriété Intellectuelle, mais rien ne permet d’en être sûr.
Quant à la « solution de remplacement », comme je l’ai dit j’ai du mal à croire qu’il s’agisse du NFC. Je pencherais plutôt pour un basculement vers Google Goggles, cette solution qui permet d’accéder à un contenu Internet à partir de la reconnaissance d’une IMAGE, quelle qu’elle soit. par exemple, la photo d’une devanture de commerce prise avec la caméra de son mobile! Pourquoi promouvoir le QR code quand on peut directement prendre une photo?
Je ne serais donc pas surpris que Google annonce prochainement l’extension de sa solution Goggles aux vitrines de commerces. Et que cet arrêt brutal du QR code prépare le terrain pour cette annonce.

Finalement, quelles conséquences cet arrêt peut il avoir sur la pérennité des QR codes? Directement, aucune. Même aux Etats Unis, cet usage des codes était resté tout à fait marginal. Son arrêt passera totalement inaperçu. Et il y a tellement d’autres acteurs sur le marché, de plus en plus nombreux et puissants (Macy’s, Home Depot, Sears… pour ne citer que quelques acteurs majeurs de la grande distribution) que cet arrêt ne change rien aux chances de succès ou d’échec. Même Lady Gaga, avec son QR code de téléchargement de ringtone sur Facebook, a probablement généré plus de connexions que Google Places le mois dernier…

En revanche, si comme je le pense cet arrêt préfigure un lancement de Google Goggles pour les commerces, l’impact sur les QR codes de cette nouvelle technologie peut être profond. Car si la simple prise de photo de la vitrine suffit à accéder aux informations, les codes 2D n’auront plus d’utilité dans ce contexte.
A suivre…

Complément : même si j’ai du mal à croire à l’hypothèse NFC à court terme, je me dois quand même de signaler que Google a entrepris une expérimentation à Portland (USA) de stickers intégrant un tag NFC)…

QR code et vitrine de boutique : un vrai potentiel à optimiser…

Je n’ai aucun doute sur le sujet, l’animation de lieu de vente est certainement aujourd’hui l’un des usages les plus intéressants des codes barres 2D. Et donc des QR codes en priorité, puisque ce sont ceux qui bénéficient de la plus large base installée de lecteurs.

Mais je suis souvent sceptique des usages qui en sont faits, et en particulier des résultats réellement obtenus par les boutiques qui les mettent en oeuvre.
Il ne suffit de mettre un code pour que les clients aient envie de le scanner! A nouveau, l’intérêt du contenu Web est primordial, et la clarté de l’accroche également. la technique est ici complètement secondaire.

Je vous avais fait part de mes interrogations concernant l’opération en cours chez Macy’s, j’y ajoute cet exemple, capturé sur la vitrine d’une boutique de mode Montréalaise.

Un QR code en vitrine d'une boutique de mode

La cible de la boutique étant les ados, je me pose déjà la question sur leur taux d’équipement en smartphones… Mais ce n’est pas le plus important.

Le QR donne accès à une séries de vidéos (très bien réalisées), qui sont assurément une excellente initiative de marketing social, et qui, vu la cible, rencontrent probablement un bon succès sur Facebook. Bravo à la marque.

Mais quel est ici l’intérêt du QR code? S’il vise les clientes qui savent déjà ce que sont « les entrevues », elles ne vont probablement pas scanner un code pour y accéder.
Et s’il vise des passantes pour les « accrocher », est-ce vraiment en les invitant à voir une vidéo (sans plus d’explication), que la boutique va les inciter à faire l’effort de scanner le code? Qui va réellement passer plusieurs minutes en face d’une vitrine pour afficher une vidéo sur son téléphone? N’y aurait il pas un usage plus efficace de cet espace de communication? Quand on a ainsi la chance de pouvoir capter quelques secondes d’attention d’une audience de clientes potentielles, il me semble essentiel (et très efficace) que le message soit fort et très attractif. D’autant plus que c’est une chance qu’on n’aura pas deux fois : si on ne captive pas l’audience du premier coup, il n’y aura probablement pas de seconde chance…

Pourquoi pas plutôt, par exemple, un concours « gagne les vêtements exposés sur le manequin »? Non seulement le message est attractif, mais la boutique récupère ainsi les coordonnées de clientes potentielles!

D’accord? Pas d’accord? Vous connaissez des exemples ayant prouvé leur efficacité? Vos commentaires sont les bienvenus.