La réalité augmentée, formidable outil pour les stands de salons

Les stands de salon : voila bien un domaine où la réalité augmentée trouve tout son sens et apporte une valeur ajoutée directement mesurable.

tradeshowEn effet, elle permet, en fonction de la manière dont elle est mise oeuvre :

  • d’attirer des visiteurs sur le stand;
  • de capter l’attention des visiteurs qui passent par le stand, de manière ludique et spectaculaire;
  • de présenter des produits dans des conditions qui n’auraient pas été possibles autrement, soit en situation, soit parce qu’ils sont trop volumineux ou fragiles;
  • de recueillir des informations de grande valeur de la part des visiteurs.

Nous allons maintenant explorer chacun de ces aspects…

Ecran géantAttirer des visiteurs grâce à la réalité virtuelle.

Quiconque a déjà présenté ses produits et services sur un salon sait combien il est difficile d’attirer des visiteurs vers son stand. Une animation de réalité virtuelle peut y contribuer, de deux manières principales :

  • sous forme d’un document imprimé, distribué dans les allées du salon, et destiné à être utilisé sur le stand, sous forme de jeu augmenté ou de présentation 3D des produits. Bien entendu, ce n’est pas la réalité augmentée en tant que technologie qui prévaut ici, mais l’aspect ludique et magique que le document imprimé mettra en avant.
  • sous forme d’une attraction immersive projetée sur grand écran, qui va intriguer les visiteurs et les inciter à s’approcher. Typiquement, une animation comparable à celle mise en oeuvre dans certains centre commerciaux peut avoir un pouvoir attractif très fort.

Virtual_Presenter

Capter l’attention des visiteurs du stand.

Une fois les visiteurs présents sur le stand, il est essentiel de les inciter à découvrir l’offre que vous êtes venu promouvoir. Là aussi, la tache est ardue, car le temps des visiteurs est compté, et leur attention est volatile. L’idéal est de les faire interagir avec vos produits, car c’est en étant actifs qu’ils seront les plus réceptifs.
Vous pouvez, par exemple, mettre entre leurs mains un document imprimé sur lequel va apparaitre votre produit en 3D, qu’ils pourront observer sous tous les angles. C’est simple et efficace, et pour la grande majorité des visiteurs, bluffant!
Vous pouvez également faire présenter votre produit par une hotesse virtuelle. Elle capte le regard, intrigue, séduit, et peut réaliser tous les effets « magiques » que vous pouvez imaginer. Dans certains cas, il est même possible de la faire interagir avec les visiteurs.Pensez également aux effets « holographiques » pour mettre en valeur vos produits. Une pyramide holographique est un superbe outil de présentation de produit, qui capte l’attention à tous les coups.

produit hologramPrésenter des produits impossibles à amener sur le stand.

Vos produits sont trop volumineux, trop fragiles, trop chers… pour être installés sur un stand et laissés à disposition des visiteurs? Remplacez les sans hésitation par leur réalité virtuelle! Vos produits seront mieux compris s’ils sont présentés en situation, dans des conditions d’environnement réelles? plongez vos visiteurs dans une expérience immersive où ils pourront découvrir vos produits dans une réalité… augmentée!
De l’écran 3D interactif jusqu’aux effets holographiques les plus spectaculaires, les technologies sont en effet nombreuses à pouvoir avantageusement permettre la présence virtuelle d’un produit. Pour vos visiteurs les plus importants, vous pouvez aller jusqu’à leur proposer de s’équiper d’un casque de projection, afin de s’immerger totalement dans l’environnement de votre offre. Effet spectaculaire et inoubliable garanti!

table interactiveRecueillir des informations client.

Quelle meilleure opportunité qu’un salon pour faire interagir vos clients avec votre offre, et recueillir à chaud leurs réactions, leurs impressions, leurs commentaires, leurs suggestions?
Là aussi, il est simple de tirer parti de la réalité augmentée. Proposez à vos visiteurs de configurer en 3D le produit qu’ils aimeraient, offrez leur d’en choisir la couleur, permettez leur de le manipuler virtuellement, etc… et observez, filmez, enregistrez, notez… Vous disposerez ainsi, gratuitement, d’une source inestimable de retours valant toutes les analyses marketing.

Et je suis convaincu qu’il existe de multiples autres façons de tirer parti de la réalité augmentée sur un salon. Vous en connaissez d’autres? N’hésitez pas à en faire part en commentaire!
Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Publicités

QR codes vs Réalité Augmentée : quelle solution privilégier pour rendre interactif une publicité, un emballage, un catalogue imprimé…?

Cette question n’avait pas beaucoup de sens il y a encore un an, quand le QR code se démocratisait rapidement tandis que la réalité augmentée restait limitée à quelques timides expériences assez confidentielles.

Mais ces derniers mois, l’intérêt pour la réalité augmentée a considérablement progressé dans les médias, principalement grâce à l’annonce par Google de Project Glass, leurs futures (et futuristes!) lunettes à réalité augmentée.
Concernant le monde de l’imprimé (catalogues, magazines, prospectus, publicités de rue, voire même livres…), la réalité augmentée est elle donc en concurrence directe avec les QR codes? Quels sont les forces et faiblesses respectives de ces technologies? Et comment choisir?

Tout d’abord, un rapide rappel des fondamentaux de ces deux approches s’impose (pour plus de détails et d’exemples, voire n’importe lequel des autres articles de ce blog, qui y sont tous consacrés!) :

Les QR codes sont de simples symboles imprimés qui permettent, lorsqu’ils sont lus par la caméra d’un smartphone équipé d’une app de lecture appropriée, de se connecter directement à une page Internet déterminée. Les apps de lecture sont très nombreuses, et permettent toutes de décoder les QR codes. Cette technologie est aujourd’hui largement répandue, et il est rare de voir une publicité qui n’en contienne pas un.

 La réalité augmentée recouvre un large ensemble de technologies et de solutions, certaines sans aucun rapport avec le monde de l’imprimé. En ce qui concerne les documents imprimés et la proximité avec les QR codes, je mentionnerai seulement les applications qui permettent, en reconnaissant un contenu d’une page imprimée (une photo, par exemple), d’afficher à l’écran d’un smartphone ou d’un PC, par dessus l’image filmée par la caméra, un contenu numérique. Un tel contenu peut être une vidéo, une information, voire même un personnage ou un objet en relief!

Dans les deux cas, il s’agit donc d’apporter un enrichissement numérique à un contenu imprimé. Mais quels sont les avantages et inconvénients principaux de ces deux approches?

L’avantage essentiel du QR code est sa simplicité et son universalité. Il sert à accéder à une page web, dans le navigateur normal du smartphone, toutes les applications de lecture de codes savent le lire, et on en voit partout et de plus en plus. Concrètement, c’est aujourd’hui LE standard de l’accès mobile à Internet depuis un document. En revanche, s’il est pratique, il ne véhicule aucune « magie » ni étonnement. Son aspect visuel est rustique, même si certaines sociétés ou services internet proposent de le personnaliser ou de le colorer, et la page à laquelle on accède est une page Internet tout à fait classique.

 Au contraire, la réalité augmentée présente un aspect plus magique, plus impliquant pour l’utilisateur, car le contenu numérique s’ajoute par dessus le document, qui continue à être visible à l’écran, ce qui rend l’expérience beaucoup plus réaliste. Mais il n’existe aujourd’hui aucune application universelle, ce qui fait que l’utilisateur doit souvent télécharger une app spécifique pour chaque expérience de réalité augmentée.

Ceci étant posé, laquelle de ces deux approches faut-il donc privilégier pour enrichir de contenus numériques une publication imprimée? La réponse a, comme souvent, le mérite d’être assez simple : cela dépend de l’objectif poursuivi!

Soyons clair, si l’objectif est d’inviter à se connecter à une page Internet depuis un smartphone, la réponse est sans équivoque : le QR code est la solution à utiliser. Et ceci même si la page Internet en question est une vidéo. Avoir à télécharger une app spécifique pour voir une vidéo « flotter » au dessus d’un document n’a aucun avantage, et pire, rend souvent l’expérience de visualisation de la vidéo difficile, voire pénible.

  En revanche, si l’objectif poursuivi est de provoquer une effet d’étonnement, ou de favoriser l’implication de l’utilisateur, la réalité augmentée prend alors tout son sens. Et c’est particulièrement vrai pour les publicités et le packaging. En effet, on pourra dans ce cas jouer à faire apparaitre des animations, des personnages, des paysages, des objets… que l’utilisateur pourra observer sous tous les angles, comme s’ils étaient réellement devant lui, voire même avec lesquels il pourra interagir. Et ceci autant depuis un PC que depuis un smartphone, ce qui n’est pas le cas du QR code. Voir une boite de céréales « s’ouvrir » virtuellement et en sortir un personnage de dessin animé, ou survoler une plage de rêve dans un catalogue de voyages est aujourd’hui possible, et très attractif. Tout devient possible, et la force d’implication d’une publicité n’est plus limitée que par l’imagination! En revanche, en l’absence d’un standard de fait, il faudra susciter suffisamment d’intérêt chez l’utilisateur potentiel pour l’inciter à télécharger une app spécifique. Et c’est un élément fondamental à prendre en compte lorsqu’on souhaite tirer parti des formidables potentiels marketing de cette technologie…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Le catalogue IKEA 2013, un bon exemple de catalogue papier augmenté.

Le catalogue Ikea 2013, qui devrait sortir dans les prochaines semaines, sera associé à une app qui va permettre d’en augmenter le contenu juste en pointant la caméra vers la page, grâce à la technologie de reconnaissance d’image de Metaio.

Apparemment, si la vidéo est fidèle à la réalité, le résultat a l’air très fluide et interactif. Je trouve l’effet « rayon X » particulièrement sympa!

L’objectif principal de cette opération est d’allonger la vie du catalogue chez les utilisateurs. Comme l’explique Andreas Dahlqvist, de l’agence McCann en charge de ce projet, le fait d’ajouter de l’interactivité, et en particulier l’accès à des informations mises à jour, devrait permettre de prolonger la conservation du catalogue par une famille au delà des deux semaines moyennes habituelles.

A quand une fonction de réalité augmentée permettant de sélectionner un meuble dans le catalogue et de l’incruster dans l’image 3D temps réel de son propre intérieur?…
En tous cas, ce catalogue devrait générer du buzz, ce qui serait déjà un excellent résultat…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com