Le catalogue IKEA 2013, un bon exemple de catalogue papier augmenté.

Le catalogue Ikea 2013, qui devrait sortir dans les prochaines semaines, sera associé à une app qui va permettre d’en augmenter le contenu juste en pointant la caméra vers la page, grâce à la technologie de reconnaissance d’image de Metaio.

Apparemment, si la vidéo est fidèle à la réalité, le résultat a l’air très fluide et interactif. Je trouve l’effet « rayon X » particulièrement sympa!

L’objectif principal de cette opération est d’allonger la vie du catalogue chez les utilisateurs. Comme l’explique Andreas Dahlqvist, de l’agence McCann en charge de ce projet, le fait d’ajouter de l’interactivité, et en particulier l’accès à des informations mises à jour, devrait permettre de prolonger la conservation du catalogue par une famille au delà des deux semaines moyennes habituelles.

A quand une fonction de réalité augmentée permettant de sélectionner un meuble dans le catalogue et de l’incruster dans l’image 3D temps réel de son propre intérieur?…
En tous cas, ce catalogue devrait générer du buzz, ce qui serait déjà un excellent résultat…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Fantastique animation de centre commercial en réalité augmentée, par National Geographic

Des dinosaures en réalité augmentée dans un centre commercial!

National Geographic et l’agence anglaise de communication appshaker ont marqué les esprits dans un centre commercial hongrois.

Sur un écran géant, les passants de la galerie marchande se voient interagir avec des lions, des dinosaures, et autres visiteurs inattendus! Et le rendu est excellent. Un très bon exemple du caractère très impliquant que peut prendre une installation de réalité augmentée quand elle est bien pensée et bien réalisée! On imagine avec envie la même chose, dans quelques années, en remplaçant l’écran géant par des lunettes…

.

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Amazon Flow : un petit pas pour la réalité augmentée, un grand pas pour Amazon?

Amazon vient de dévoiler une nouvelle app de « shopping augmenté », Flow. Faute d’être (et de loin) une vraie innovation, elle pourrait bien être un vrai succès…

Le principe en est simple : vous scannez n’importe quel produit au moyen de la caméra de votre iPhone – un livre, un DVD, une télévision, une boite de céréales… – ,  l’app reconnait le produit, par reconnaissance d’image ou grâce au code barres imprimé sur l’emballage (!), et superpose à l’image du produit des informations contenues dans les énormes bases de données d’Amazon, vous permettant même d’acheter le produit en ligne sur Amazon.

OK. Où est l’innovation? Technologiquement parlant, soyons clairs, il n’y en a pas. Google, parmi d’autres, permet déjà de reconnaitre des produits par reconnaissance d’image, et Ebay a sorti depuis longtemps une app de lecture de codes-barres associée à ses bases de produits. Amazon surfe sur la vague de la réalité augmentée simplement en affichant l’information par dessus l’image scannée, au lieu d’ouvrir une page web dédiée. C’est tout.

Mais alors, est-ce juste beaucoup de bruit pour rien? Probablement pas. Parce que c’est Amazon, et pas une start-up juste sortie du garage.

Passons d’abord rapidement sur l’effet « réalité augmentée ». Objectivement, il n’apporte aucun avantage fonctionnel particulier, aucune valeur ajoutée. Mais il permet de se démarquer des nombreux outils déjà existants, en ajoutant une touche un peu magique qui devrait entrainer son petit effet « wouahou » dans le grand public, et générer du buzz.
Et puis soyons honnêtes, même si l’aspect innovant sera sans doute massivement contesté par les geeks, ils ne sont pas la cible de l’outil, et la grande majorité des consommateurs US découvrira probablement l’accès à Internet par reconnaissance de produit grâce à cette app, et aura l’impression d’être en face d’une innovation bluffante!

Mais pourquoi cet outil peut donc, selon moi, connaitre un bon succès dans le grand public, là où les autres apps de ce type sont restées confidentielles? Parce qu’il est porté par Amazon, sa gigantesque base de données de produits, ses commentaires d’utilisateurs et ses prix très attractifs par rapport aux commerces classiques.
Juste un exemple. Vous êtes dans un supermarché, et hésitez entre plusieurs produits. Vous les scannez et accédez immédiatement aux informations détaillées et aux commentaires que les acheteurs ont laissé sur Amazon. Cela vous aide à faire votre choix. Et là, vous comparez le prix affiché sur l’étagère et celui d’Amazon, 20 à 30% moins cher, livré chez vous…
Amazon fait ainsi le pari qu’il va pouvoir profiter du commerce physique pour attirer les acheteurs sur sa plateforme! Et il y a, à mon avis, de fortes chances que ça marche. D’autant plus qu’il va sans nul doute massivement promouvoir cette app auprès de ses millions de clients.

A suivre…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Microsoft Research dévoile une nouvelle et séduisante approche de réalité augmentée.

Microsoft Reasearch, décidément très actif dans le domaine de la réalité augmentée, vient de mettre en ligne une vidéo présentant une nouvelle facette de ses travaux d’anticipation.

En associant un pico-projecteur avec un ou plusieurs capteurs de type Kinect, la technologie dévoilée permet d’interagir réellement avec son environnement, puisque les images virtuelles sont directement projetées sur celui-ci.

Ce système permet de s’adapter à la configuration 3D réelle de l’environnement, et d’interagir avec les mouvements de l’utilisateur. Cela donne lieu, dans la vidéo, à quelques expériences impressionnantes, mais permet surtout d’imaginer des applications pratiques à court terme, autant dans les jeux que dans le monde de l’entreprise.

Microsoft Reasearch semble donc une nouvelle fois considérer la réalité augmentée comme un axe majeur de développement, après avoir dévoilé, il y a peu, Holodesk, son « bureau interactif », qui exploite d’une manière innovante et très efficace la (vieille) technologie du miroir incliné semi-transparent, mais augmentée des tous derniers développements en terme de suivi et reconnaissance du mouvement!

Ces recherches sont parfaitement en phase avec la vision de Bill Gates, qui déclarait récemment lors d’une conférence à la University of Washington’s School of Computer Science and Engineering que bientôt on rirait d’avoir eu à utiliser nos gros et fragiles écrans d’ordinateurs : “We’re going to look back and laugh that we had these big glass screens, and if you drop it, it breaks… all you’re trying to do is put stuff on your eye!”

A suivre…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Volkswagen Canada lance la Coccinelle 2012 avec une campagne publicitaire en réalité augmentée.

Volkswagen Canada fait le pari de la réalité augmentée pour ajouter une touche résolument innovative au lancement de la nouvelle Coccinelle.

Des publicités installées à Vancouver, Toronto et Montréal permettent au passant équipé d’un iPhone ou d’un iPad (exclusivement) et qui prend la peine de télécharger l’app ad-hoc, de visualiser la voiture dans une mise en situation étonnante ou décallée.

La vidéo associée à cette opération rend assez bien compte de l’expérience :

L’initiative est séduisante, apparemment bien réalisée, mais la question essentielle est « combien de passants vont effectivement aller au bout de la démarche? ». Car pour prendre la peine de télécharger une application, il faut vraiment que la promesse soit très attrayante, et très bien expliquée… Pour le moment (et probablement définitivement), aucune donnée n’est disponible.

Ceci étant, même si elle ne provoque pas un engouement massif, cette expérience entrainera sans doute un bénéfice induit, probablement encore plus important pour la marque : le buzz qu’elle ne manquera pas de provoquer. Et finalement, en matière de communication, n’est-ce pas là l’essentiel ?…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Avec Omnitouch de Microsoft, toute surface devient écran tactile!

Microsoft Reasearch vient de présenter un concept d’interface tactile universel qui pourrait bien préfigurer le futur de l’interaction homme/machine. (voir les sources détaillées ici)

En effet, comme  le montre la video, n’importe quelle surface, fut-elle la propre peau de l’utilisateur, devient un écran tactile au moyen de la combinaison d’un pico-projecteur et d’un détecteur de mouvement de type Kinect.

Le logiciel de reconnaissance et de suivi du mouvement des doigts est particulièrement impressionnant.

kinect + pico-projecteur = Omnitouch

L’ensemble, monté sur l’épaule, est encore lourd et encombrant, mais le résultat parait assez bluffant…

Intuitivement, il me semble qu’un montage sur un casque serait plus efficace. Mais le système est sans doute trop lourd pour l’instant.

A suivre…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Une brève histoire de la réalité augmentée

La réalité augmentée est loin d’être une technologie récente, mais qui aurait cru qu’elle avait déjà plus de 40 ans!?

La première machine de réalité augmentée

C’est en effet en 1968 qu’Ivan Sutherland crée la première machine de réalité augmentée. Evidemment limitée par les technologies de l’époque, elle permet cependant six degrés de liberté, et met en oeuvre un casque à vision transparente.

A cette époque, le terme « réalité augmentée » n’existait même pas encore, puisqu’il a fallu attendre 1992 pour qu’il soit proposé par Tom Caudell et David Mizell, avant que sa définition précise, qui fait encore aujourd’hui référence, soit exposée par Paul Milgram et Fumio Kishino en 1994.

Le continuum de Milgram

En effet, leurs travaux ont défini précisément les limites des différentes sous-parties de la « réalité mixte », depuis la pure réalité jusqu’à la pure virtualité, en passant par la virtualité augmentée et, bien sûr, la réalité augmentée.

ARToolkit

Un pas important a été franchi en 1996, avec l’introduction par Jun Rekimoto des marqueurs 2D, permettant la visualisation d’objets virtuels avec six degrés de liberté. Cette technologie sera largement diffusée trois ans plus tard par Hirokazu Kato et Mark Billinghurst, au travers de leur plateforme de développement en « logiciel libre » AR Toolkit, et sert encore aujourd’hui de base à de nombreuses réalisations de réalité augmentée, telle la version utilisable à la maison des « animaux du futur » du Futuroscope de Poitiers.

Première réalité augmentée en extérieur

C’est en 1997 qu’a été présentée la première application de réalité augmentée en extérieur, préfigurant les applications actuelles sur smartphone, du type Layar… avec un ordinateur dans un sac à dos!

Mozzies, ou comment chasser les moustiques dans son environnement

Mais la réalité augmentée telle que nous la connaissons aujourd’hui, sur nos téléphones mobiles, est réellement apparue en 2003, avec le jeu de chasse aux moustiques « Mozzies » sur téléphone mobile Siemens.

Publicité pour un zoo néo-zélandais

Ne restait ensuite plus qu’à la publicité à s’accaparer cette technologie, ce qui fut fait pour la première fois en 2007 en nouvelle Zélande, pour faire la promotion d’un zoo.

Après 40 ans de maturation et de développements, la technologie sortait des laboratoires pour commencer à vraiment toucher le grand public.

Cette histoire, enrichie d’autres étapes, peut être retrouvée dans l’excellente étude (en anglais), réalisée par le Christian Doppler Laboratory for Handheld Augmented Reality, consultable à cette adresse.

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Sommeil et sexe enrichis en réalité augmentée, futur de nos chambres d’hotel.

Ian Pearson, futurologue.

Dans un futur pas si lointain, les technologies, et particulièrement celles de réalité augmentée, devraient venir radicalement transformer notre expérience des hotels. C’est en tous cas ce que prévoit une étude réalisée par le futurologue Ian Pearson à la demande de la chaîne d’hotels Travelodge.

Ian Pearson, ingénieur et technologue, a été en charge de l’anticipation technologique chez British Telecom de 1991 à 2007, et c’est pour ses capacités visionnaires que Travelodge a fait appel à lui, afin d’anticiper ce que pourrait être une chambre d’hotel à l’horizon 2035.
L’étude n’est sensée intégrer que des technologies existantes ou en passe d’exister. Et le résultat est spectaculaire!

La vision proposée est certainement débattable, voire parfois inquiétante, mais assurément intéressante et intellectuellement excitante. L’étude intégrale, en anglais, est consultable ici.

L’étude décrit successivement la façon dont l’auteur imagine l’influence des technologies sur notre sommeil, puis ce que sera à ses yeux une chambre d’hôtel dans 25 ans.

Notre sommeil en 2035.

D’abord, notre relation au sommeil, donc.

Pour aider à s’endormir et à dormir, il prévoit que nous utiliserons des systèmes sonores et électro-magnétiques, qui produiront des ondes reposantes. Par ailleurs, nous serons équipés de lentilles de contact à réalité augmentée, qui projetteront sur notre rétine les images ou informations de notre choix, même lorsque nos paupières seront closes. Enfin, des électrodes surveilleront notre sommeil afin de nous réveiller au moment le plus propice de notre cycle, quitte à automatiquement avancer ou retarder légèrement l’instant du réveil.

Nos vêtements joueront aussi un rôle actif. Conçus en tissus augmentés, ils complèteront, par leurs fonctions tactiles et thermales, les images et les sons pour nous plonger dans un univers choisi totalement cohérent.

Mais il ne suffit pas de bien dormir, il faut aussi bien rêver! Et selon lui, en 2035, les rêves seront devenus totalement contrôlables. Nous devrions ainsi pouvoir programmer ce à quoi nous voulons rêver, enregistrer nos rêves afin de les rejouer si le coeur nous en dit, reprendre un rêve là où nous l’avions arrêté la nuit précédente, voire même nous connecter entre nous au coeur de nos songes! Et si par malheur un rêve non contrôlé se transformait en cauchemar, des détecteurs de stress nous réveilleraient aussitôt.

L’auteur nous fait également partager sa vision de l’évolution de la relation sexuelle, et là aussi les surprises sont de taille!
Grâce à des dispositifs complets de réalité augmentée, le voyageur solitaire pourra s’immerger dans une relation à distance avec sa moitié. Ou avec qui bon lui semble, d’ailleurs. Et il pourra le faire dans le décor virtuel de son choix, que ce soit sa propre chambre conjugale ou une plage du Pacifique.
Et en cas de présence physique réelle des deux partenaires, les lentilles de contact à réalité augmentée citées ci-dessus lui permettront d’attribuer à l’autre le physique de son choix, sans évidemment que l’autre en soit conscient! Et nous inventerons ainsi…l’adultère sans adultère (!) Enfin, au moyen de composants actifs, nous serons capables d’augmenter nos sens pour, par exemple, ressentir également les sensations et émotions de notre partenaire.

Mais revenons à des considérations plus sérieuses, quoique tout aussi prometteuses.
La santé sera évidemment un axe important des progrès de notre chambre. Notre lit, nos linges de lit et nos vêtements joueront ensemble un véritable rôle médical, surveillant nos fonctions corporelles afin de diagnostiquer d’éventuels problèmes, surtout en cas de maladies chroniques comme le diabète ou l’insuffisance cardiaque.

Enfin, l’éducation pourra également bénéficier de l’endormissement contrôlé, voire même du contrôle des rêves. Ainsi, il devrait par exemple nous être possible d’apprendre une langue étrangère en la parlant dans nos rêves…

Une chambre d’hotel en 2035

Tout cela nécessite évidemment une chambre adaptée, et l’auteur nous décrit également sa vision de la chambre d’hôtel du futur.

Tout d’abord, la chambre en elle même.
Elle sera extrêmement simple dans son aménagement mobilier, car devra pouvoir s’adapter aux désirs de son occupant, en réalité augmentée. Ainsi, par une combinaison de visualisation d’images 3D sur toutes ses surfaces, de contrôle du climat, et de manifestations olfactives et sonores, la chambre pourra se métamorphoser en une réplique parfaite de la propre chambre à coucher du voyageur, qui sera ainsi vraiment « chez lui » partout, ou en une jungle accueillante, peuplée de sympathiques animaux, voire même en un lieu totalement imaginaire. Si la chambre en est équipée, une fenêtre pourra laisser voir la réalité du paysage extérieur, ou n’importe quel paysage, réel ou imaginaire.
Bien sûr, l’occupant d’une chambre pourra préférer « simplement » l’expérience d’une chambre de grand luxe, et la réalité augmentée lui offrira immédiatement cette apparence, qu’il pourra même modifier à sa guise!
Il sera aussi possible de s’immerger dans un espace commercial virtuel, pour faire son shopping, ou dans une salle de spectacle qui jouera toujours la représentation que l’on souhaite, sans contrainte d’horaire.
L’heure n’est plus à la détente et au repos? Qu’à cela ne tienne, la chambre se muera tout aussi simplement en un espace de travail dont tous les éléments projetés en réalité augmentée seront fonctionnels, et où les collègues pourront même être virtuellement présents.

L’équipement de la chambre sera évidemment en mesure de permettre les expériences décrites ci-dessus, qu’elles soient médicales, grivoises, éducatives ou simplement oniriques.

Le miroir de la chambre regorgera également de technologie, et permettra aux coquettes de choisir leur maquillage en réalité augmentée sur leur propre image, voire même de piloter la pose du maquillage en fonction de l’image finale choisie!

Bien sûr, tout cela n’est que de la prospective. Très probablement toutes ces technologies ne seront pas présentes en même temps dans nos chambres d’hôtel dans 25 ans. D’ailleurs, je n’ose pas imaginer à quel prix! Mais en dehors du contrôle total des rêves, qui me parait technologiquement peu probable à cet horizon, la plupart des expériences décrites dans cette étude ne sont pas de la science fiction, et certaines d’entre elles, particulièrement celles qui relèvent de la réalité augmentée visuelle, n’attendront pas 25 ans pour devenir notre quotidien!

A vous de juger…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Une vision saisissante de la réalité augmentée.

Une cuisine augmentée selon Keiichi Matsuda

Je vous invite à entrer dans l’univers visionnaire de Keiichi Matsuda, auteur d’une thèse sur la réalité augmentée que vous pouvez lire ici.

Sa spécialité : l’interaction avec son environnement, qu’il soit intérieur ou extérieur.

Beaucoup des expériences qu’il envisage seraient déjà possibles aujourd’hui, et seront beaucoup plus probables dès que les systèmes de visualisation auront quitté les écrans pour envahir lunettes et lentilles. Mais la vision de l’avenir qu’il nous propose est elle vraiment souhaitable? Dans un univers totalement saturé d’informations contextuelles, la publicité sera omniprésente, pour ne pas dire envahissante.

Je vous laisse juger au travers de ces deux vidéos d’anticipation, techniquement assez réussies… Attention, la deuxième vidéo est en 3D! Si vous ne disposez pas des lunettes appropriées, sélectionnez « désactiver la 3D » dans le menu « 3D » en bas de la fenêtre de visualisation de la vidéo.

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

A Cherbourg, la citadelle ressurgit du passé en réalité augmentée

Une initiative culturelle très intéressante dans le cadre du mille-centième anniversaire (!) de la Normandie : la reconstitution, en réalité augmentée, du château de Cherbourg, disparu depuis le XVIIème siècle.

La citadelle de Cherbourg en réalité augmentée

Cette photo publiée sur le site de Ouest-France montre une vue 3D d’un mur du château se surimposant aux immeubles actuels.

Cette réalisation, qui devrait faire des émules auprès d’autres villes et lieux culturels, est l’oeuvre de la collaboration entre deux sociétés : une Normande, l’agence vidéo Biplan, et une canadienne, Project Whitecard.

Dommage que dans cette vidéo explicative, on ne voit pas bien les écrans, mais bravo pour l’initiative!

 

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com