Une brève histoire de la réalité augmentée

La réalité augmentée est loin d’être une technologie récente, mais qui aurait cru qu’elle avait déjà plus de 40 ans!?

La première machine de réalité augmentée

C’est en effet en 1968 qu’Ivan Sutherland crée la première machine de réalité augmentée. Evidemment limitée par les technologies de l’époque, elle permet cependant six degrés de liberté, et met en oeuvre un casque à vision transparente.

A cette époque, le terme « réalité augmentée » n’existait même pas encore, puisqu’il a fallu attendre 1992 pour qu’il soit proposé par Tom Caudell et David Mizell, avant que sa définition précise, qui fait encore aujourd’hui référence, soit exposée par Paul Milgram et Fumio Kishino en 1994.

Le continuum de Milgram

En effet, leurs travaux ont défini précisément les limites des différentes sous-parties de la « réalité mixte », depuis la pure réalité jusqu’à la pure virtualité, en passant par la virtualité augmentée et, bien sûr, la réalité augmentée.

ARToolkit

Un pas important a été franchi en 1996, avec l’introduction par Jun Rekimoto des marqueurs 2D, permettant la visualisation d’objets virtuels avec six degrés de liberté. Cette technologie sera largement diffusée trois ans plus tard par Hirokazu Kato et Mark Billinghurst, au travers de leur plateforme de développement en « logiciel libre » AR Toolkit, et sert encore aujourd’hui de base à de nombreuses réalisations de réalité augmentée, telle la version utilisable à la maison des « animaux du futur » du Futuroscope de Poitiers.

Première réalité augmentée en extérieur

C’est en 1997 qu’a été présentée la première application de réalité augmentée en extérieur, préfigurant les applications actuelles sur smartphone, du type Layar… avec un ordinateur dans un sac à dos!

Mozzies, ou comment chasser les moustiques dans son environnement

Mais la réalité augmentée telle que nous la connaissons aujourd’hui, sur nos téléphones mobiles, est réellement apparue en 2003, avec le jeu de chasse aux moustiques « Mozzies » sur téléphone mobile Siemens.

Publicité pour un zoo néo-zélandais

Ne restait ensuite plus qu’à la publicité à s’accaparer cette technologie, ce qui fut fait pour la première fois en 2007 en nouvelle Zélande, pour faire la promotion d’un zoo.

Après 40 ans de maturation et de développements, la technologie sortait des laboratoires pour commencer à vraiment toucher le grand public.

Cette histoire, enrichie d’autres étapes, peut être retrouvée dans l’excellente étude (en anglais), réalisée par le Christian Doppler Laboratory for Handheld Augmented Reality, consultable à cette adresse.

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

QR codes et commerce mobile : une initiative très performante en Corée!

Pour augmenter ses ventes sans augmenter le nombre de ses magasins, Tesco, la deuxième chaine de supermarchés coréenne, a eu l’idée de placer des présentoirs virtuels dans les stations de métro. L’effet a semble-t-il été spectaculaire!

L’idée est donc de présenter sur les murs des stations de métro (sous réserve qu’on puisse s’y connecter à Internet), des affiches reproduisant à l’identique des présentoirs de supermarché. A chaque produit est associé un QR-code. Lorsque le passager, en attente de son métro, scanne un code, il ouvre une page de commande sur son mobile, choisit la quantité, paye en ligne, et les produits  sont livrés chez lui. Simple, économique, et apparemment efficace, puisque cette initiative est supposée avoir permis à cette chaine de magasins d’augmenter ses ventes en ligne de 130% et de prendre ainsi la première place en commerce mobile.

La manière dont les technologies sont utilisées en Asie n’est pas toujours reproductible en Europe, pour des raisons de différences culturelles, mais cette initiative , signalée sur l’excellent blog anglais 2d-code, devrait être rapidement imitée partout dans le monde, tant son concept semble simple et efficace!

Ces technologies vous intéressent? Venez nous rendre visite : http://augmentedmedia.com !

Sommeil et sexe enrichis en réalité augmentée, futur de nos chambres d’hotel.

Ian Pearson, futurologue.

Dans un futur pas si lointain, les technologies, et particulièrement celles de réalité augmentée, devraient venir radicalement transformer notre expérience des hotels. C’est en tous cas ce que prévoit une étude réalisée par le futurologue Ian Pearson à la demande de la chaîne d’hotels Travelodge.

Ian Pearson, ingénieur et technologue, a été en charge de l’anticipation technologique chez British Telecom de 1991 à 2007, et c’est pour ses capacités visionnaires que Travelodge a fait appel à lui, afin d’anticiper ce que pourrait être une chambre d’hotel à l’horizon 2035.
L’étude n’est sensée intégrer que des technologies existantes ou en passe d’exister. Et le résultat est spectaculaire!

La vision proposée est certainement débattable, voire parfois inquiétante, mais assurément intéressante et intellectuellement excitante. L’étude intégrale, en anglais, est consultable ici.

L’étude décrit successivement la façon dont l’auteur imagine l’influence des technologies sur notre sommeil, puis ce que sera à ses yeux une chambre d’hôtel dans 25 ans.

Notre sommeil en 2035.

D’abord, notre relation au sommeil, donc.

Pour aider à s’endormir et à dormir, il prévoit que nous utiliserons des systèmes sonores et électro-magnétiques, qui produiront des ondes reposantes. Par ailleurs, nous serons équipés de lentilles de contact à réalité augmentée, qui projetteront sur notre rétine les images ou informations de notre choix, même lorsque nos paupières seront closes. Enfin, des électrodes surveilleront notre sommeil afin de nous réveiller au moment le plus propice de notre cycle, quitte à automatiquement avancer ou retarder légèrement l’instant du réveil.

Nos vêtements joueront aussi un rôle actif. Conçus en tissus augmentés, ils complèteront, par leurs fonctions tactiles et thermales, les images et les sons pour nous plonger dans un univers choisi totalement cohérent.

Mais il ne suffit pas de bien dormir, il faut aussi bien rêver! Et selon lui, en 2035, les rêves seront devenus totalement contrôlables. Nous devrions ainsi pouvoir programmer ce à quoi nous voulons rêver, enregistrer nos rêves afin de les rejouer si le coeur nous en dit, reprendre un rêve là où nous l’avions arrêté la nuit précédente, voire même nous connecter entre nous au coeur de nos songes! Et si par malheur un rêve non contrôlé se transformait en cauchemar, des détecteurs de stress nous réveilleraient aussitôt.

L’auteur nous fait également partager sa vision de l’évolution de la relation sexuelle, et là aussi les surprises sont de taille!
Grâce à des dispositifs complets de réalité augmentée, le voyageur solitaire pourra s’immerger dans une relation à distance avec sa moitié. Ou avec qui bon lui semble, d’ailleurs. Et il pourra le faire dans le décor virtuel de son choix, que ce soit sa propre chambre conjugale ou une plage du Pacifique.
Et en cas de présence physique réelle des deux partenaires, les lentilles de contact à réalité augmentée citées ci-dessus lui permettront d’attribuer à l’autre le physique de son choix, sans évidemment que l’autre en soit conscient! Et nous inventerons ainsi…l’adultère sans adultère (!) Enfin, au moyen de composants actifs, nous serons capables d’augmenter nos sens pour, par exemple, ressentir également les sensations et émotions de notre partenaire.

Mais revenons à des considérations plus sérieuses, quoique tout aussi prometteuses.
La santé sera évidemment un axe important des progrès de notre chambre. Notre lit, nos linges de lit et nos vêtements joueront ensemble un véritable rôle médical, surveillant nos fonctions corporelles afin de diagnostiquer d’éventuels problèmes, surtout en cas de maladies chroniques comme le diabète ou l’insuffisance cardiaque.

Enfin, l’éducation pourra également bénéficier de l’endormissement contrôlé, voire même du contrôle des rêves. Ainsi, il devrait par exemple nous être possible d’apprendre une langue étrangère en la parlant dans nos rêves…

Une chambre d’hotel en 2035

Tout cela nécessite évidemment une chambre adaptée, et l’auteur nous décrit également sa vision de la chambre d’hôtel du futur.

Tout d’abord, la chambre en elle même.
Elle sera extrêmement simple dans son aménagement mobilier, car devra pouvoir s’adapter aux désirs de son occupant, en réalité augmentée. Ainsi, par une combinaison de visualisation d’images 3D sur toutes ses surfaces, de contrôle du climat, et de manifestations olfactives et sonores, la chambre pourra se métamorphoser en une réplique parfaite de la propre chambre à coucher du voyageur, qui sera ainsi vraiment « chez lui » partout, ou en une jungle accueillante, peuplée de sympathiques animaux, voire même en un lieu totalement imaginaire. Si la chambre en est équipée, une fenêtre pourra laisser voir la réalité du paysage extérieur, ou n’importe quel paysage, réel ou imaginaire.
Bien sûr, l’occupant d’une chambre pourra préférer « simplement » l’expérience d’une chambre de grand luxe, et la réalité augmentée lui offrira immédiatement cette apparence, qu’il pourra même modifier à sa guise!
Il sera aussi possible de s’immerger dans un espace commercial virtuel, pour faire son shopping, ou dans une salle de spectacle qui jouera toujours la représentation que l’on souhaite, sans contrainte d’horaire.
L’heure n’est plus à la détente et au repos? Qu’à cela ne tienne, la chambre se muera tout aussi simplement en un espace de travail dont tous les éléments projetés en réalité augmentée seront fonctionnels, et où les collègues pourront même être virtuellement présents.

L’équipement de la chambre sera évidemment en mesure de permettre les expériences décrites ci-dessus, qu’elles soient médicales, grivoises, éducatives ou simplement oniriques.

Le miroir de la chambre regorgera également de technologie, et permettra aux coquettes de choisir leur maquillage en réalité augmentée sur leur propre image, voire même de piloter la pose du maquillage en fonction de l’image finale choisie!

Bien sûr, tout cela n’est que de la prospective. Très probablement toutes ces technologies ne seront pas présentes en même temps dans nos chambres d’hôtel dans 25 ans. D’ailleurs, je n’ose pas imaginer à quel prix! Mais en dehors du contrôle total des rêves, qui me parait technologiquement peu probable à cet horizon, la plupart des expériences décrites dans cette étude ne sont pas de la science fiction, et certaines d’entre elles, particulièrement celles qui relèvent de la réalité augmentée visuelle, n’attendront pas 25 ans pour devenir notre quotidien!

A vous de juger…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Une vision saisissante de la réalité augmentée.

Une cuisine augmentée selon Keiichi Matsuda

Je vous invite à entrer dans l’univers visionnaire de Keiichi Matsuda, auteur d’une thèse sur la réalité augmentée que vous pouvez lire ici.

Sa spécialité : l’interaction avec son environnement, qu’il soit intérieur ou extérieur.

Beaucoup des expériences qu’il envisage seraient déjà possibles aujourd’hui, et seront beaucoup plus probables dès que les systèmes de visualisation auront quitté les écrans pour envahir lunettes et lentilles. Mais la vision de l’avenir qu’il nous propose est elle vraiment souhaitable? Dans un univers totalement saturé d’informations contextuelles, la publicité sera omniprésente, pour ne pas dire envahissante.

Je vous laisse juger au travers de ces deux vidéos d’anticipation, techniquement assez réussies… Attention, la deuxième vidéo est en 3D! Si vous ne disposez pas des lunettes appropriées, sélectionnez « désactiver la 3D » dans le menu « 3D » en bas de la fenêtre de visualisation de la vidéo.

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

A Cherbourg, la citadelle ressurgit du passé en réalité augmentée

Une initiative culturelle très intéressante dans le cadre du mille-centième anniversaire (!) de la Normandie : la reconstitution, en réalité augmentée, du château de Cherbourg, disparu depuis le XVIIème siècle.

La citadelle de Cherbourg en réalité augmentée

Cette photo publiée sur le site de Ouest-France montre une vue 3D d’un mur du château se surimposant aux immeubles actuels.

Cette réalisation, qui devrait faire des émules auprès d’autres villes et lieux culturels, est l’oeuvre de la collaboration entre deux sociétés : une Normande, l’agence vidéo Biplan, et une canadienne, Project Whitecard.

Dommage que dans cette vidéo explicative, on ne voit pas bien les écrans, mais bravo pour l’initiative!

 

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Living Headstone, le QR code pour pierres tombales

Fans du QR code, réjouissez vous! Votre petite matrice préférée vous suivra dorénavant jusqu’après la mort!

C’est du moins le pari d’une entreprise américaine, Quiring Monuments, qui propose à ses clients d’intégrer à leur pierre tombale un QR code permettant d’accéder à des informations concernant le défunt, telles que vidéos, biographie, photos, etc…

Ca peut paraître étrange, mais pourquoi pas? C’est après tout une méthode plutôt simple et pratique de passer à la postérité…

Lady Gaga « parle » à ses fans dans le journal Métro. Ou du moins elle essaie…

Pub NRJ dans Metro

Peut-être l’aurez vous remarqué, en pleine page dans le journal gratuit Métro, une pub NRJ propose de faire « parler » Lady Gaga grâce à un QR code.

Si vous êtes familier de ce blog, ça doit avoir un air de déjà vu, non? Ne cherchez pas plus loin. Cette pub copie simplement celle de Reporters sans frontières, qui elle même « s’inspirait » du CV interactif d’un étudiant en communication.

[edit] Le blog CityQR mentionne un antécédent au CV : le magazine allemand Todschick, qui avait utilisé cette technique il y a plus d’un an. Dont acte.

L’idée n’est donc pas originale, soit. Mais elle est sans doute encore suffisamment peu connue du grand public pour que les fans de Lady Gaga crient au génie créatif… s’ils arrivent à l’utiliser! Et là, c’est une autre histoire.

En effet, cette pub étant destinée au marché français, on aurait évidemment imaginé que le QR code soit lisible par l’app Flashcode, de très loin la plus répandue en France. Et bien non! Vous pouvez vous y prendre comme vous voudrez, votre lecteur Flashcode restera muet. De même d’ailleurs que l’app Scanlife. Il m’a fallu utiliser la bête de course japonaise i-nigma pour arriver à lire ce code!

QR code NRJ lady Gaga

Pourquoi? A mon avis, c’est dû au petit symbole (qui doit représenter un téléphone mobile, je pense), qui a été inséré en bas à droite du code.
Sans commentaire…

Pour les lecteurs de Métro frustrés par cette publicité, voilà la vidéo de ce qu’ils ont manqué :

Sur la fin, c’est assez net et plutôt amusant : le visage et orienté vers la gauche, et la bouche vers la droite…

Un conseil aux annonceurs et aux agences qui veulent utiliser la puissance des QR codes : demandez conseil à des experts du domaine. Comme pour toute technologie, respecter un certains nombres de règles de base peut permettre d’éviter de grosses déconvenues.

Laster Technologies veut remplacer les écrans par des lunettes.

Appareil Laster Pro Mobile Display

Une start-up française, Laster Technologies , est en pointe dans le domaine des nouveaux périphériques de visualisation informatique, et devrait être l’une des toutes premières sociétés au monde à proposer des lunettes semi-transparentes permettant d’incruster des informations numérique « par dessus » la vision du monde réel. Un pas de géant vers le futur de la réalité augmentée.

Et grâce à cela, cette société a été nominée parmi les cinq « Technology Winners 2011 » de la prestigieuse organisation américaine IEEE.

Télématin les avait présenté dès 2010 (plus forts que les blogs techno!). La démonstration commence vraiment à 2mn17.

Lunettes Laster Smart Vision

Laster devrait sortir cette année son premier produit « smartvision spectacle », qui projettera une image VGA couleur, à partir d’un smartphone auquel il sera relié en Wifi ou Bluetooth. Dans un premier temps, ces interfaces qui coûtent plusieurs milliers d’euros sont destinés à l’industrie et la médecine, mais devraient se démocratiser rapidement.

A en juger par la photo, ces lunettes augmentées semblent plutôt discrètes.

A quand la version 3D?

Et à quand également l’association à un clavier virtuel, du type de celui présenté ici par l’université finlandaise d’OULU?

Ca commence à faire rêver…

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

La réalité augmentée. Gadget, ou révolution?

La réalité augmentée sort progressivement des laboratoires et des applications industrielles, la diffusion massive des smartphones semblant devoir en accélérer l’usage grand public. Mais est-ce juste un amusement pour technophiles avertis? Et d’abord, qu’est-ce que c’est?

Au sens large, on peut considérer que le terme réalité augmentée recouvre tout ce qui consiste à ajouter une information numérique à notre perception du monde réel. Cette information peut être visuelle (c’est de loin le cas le plus fréquent), mais elle peut également être sonore, tactile, voire olfactive.
Il est important de noter que l’utilisateur se trouve ici dans son environnement réel, et qu’on vient ajouter de l’information numérique, contrairement à la Réalité Virtuelle, pour laquelle l’immersion est totale, l’utilisateur se trouvant plongé dans un univers complètement artificiel.

Incrustation d’informations sur le cockpit d’un avion de chasse

Les premières applications ont, comme souvent, été militaires.

Par exemple, et c’est déjà une technique largement répandue, les casques ou les cockpits des avions de chasse  affichent des informations en surimpression.
Et cette notion de casques communicants s’étend maintenant aux autres forces militaires, avec des casques à réalité augmentée pour l’infanterie.

Par ailleurs, la réalité augmentée est depuis des années utilisée dans l’industrie, pour mettre en situation réelle des équipements futurs, ou former des opérateurs de maintenance. La vidéo suivante est un bon exemple d’un équipement « virtuel » incrusté dans un environnement réel.

Mais la réalité augmentée commence également à apparaître dans notre vie courante, principalement pour la publicité, le tourisme, et de manière balbutiante, pour les jeux.

La mise en oeuvre d’expériences de réalité augmentée visuelle va dépendre du type de périphérique utilisé : elle sera sensiblement différente selon qu’on utilise un écran fixe d’ordinateur associé à une webcam, ou un mobile – smartphone, tablet…

Commençons par l’écran d’ordinateur et la webcam. Le but est ici de faire apparaître des images en trois dimensions dans le champ de la caméra, au moyen d’un indice visuel. Souvent on utilise une carte imprimée sur laquelle se trouve un symbole spécifique (une sorte de QR code), qui va déclencher l’incrustation, à l’écran de l’ordinateur, d’une image 3D animée par dessus le fond de l’image (le plateau, bien réel, d’une table, par exemple).
Ces quelques exemples spectaculaires illustrent bien cet aspect de la technologie.

  • Le symbole imprimé sur la brique de lait, lorsqu’il est filmé par la webcam de l’ordinateur, fait apparaître tout un univers champêtre et ludique. Remarquez que le « plateau » rétrécit lorsqu’on éloigne la brique…
  • Comment faire prendre vie aux joueurs de votre équipe favorite?
  • Dans cette expérience, c’est tout un espace de jeu pour enfants qui se peuple de personnages virtuels…
  • Deux exemple qui préfigurent sans doute les jeux du futur, avec ces personnages virtuels tirés du film Avatar, et ces constructions Lego qui se matérialisent par dessus la boite où elles sont enfermées…
  • Pratique, l’essayage de lunettes à domicile. Peut aussi s’appliquer (ça existe!) à l’essayage de vêtements.

Enfin un exemple de réalité augmentée à découvrir soi-même, le site qui vous transforme en Transformer : http://weareautobots.com.

Passons aux smartphones et tablets, maintenant.
Même si certaines applications vues précédemment s’appliquent également à ces appareils, l’écran plus petit les rend moins spectaculaires. En revanche, les applications peuvent avantageusement tirer parti des spécificités liées à la mobilité, comme la géolocalisation ou les gyroscopes. Les champs d’application sont extrêmement vastes.

Deux exemples « classiques » tout d’abord.

  • Ici, un smartphone affiche, par dessus une vraie carte géographique imprimée, le relief en 3D.
  • Et que dire de cette armée de tanks qui sort d’un mur de chambre?

Maintenant, des utilisations plus en rapport direct avec la mobilité.

  • Globalement, ces applications consistent à visualiser, sur l’écran de son smartphone, des informations en surimpression de l’environnement réel, comme dans cette application qui affiche des données google maps.
  • Il existe déjà des dizaines d’applications de ce type, qui vont du guide touristique à la carte du ciel interactive, en passant par le jeu où vous tirez sur les voitures qui passent! Le site Iphoneness en recense 40, et n’est pas exhaustif.
  • Enfin un exemple spectaculaire de réalité augmentée indirecte, où votre smartphone pilote une drone qui n’a rien de virtuel, mais interagit virtuellement avec d’autres drones!

Ces exemples sont loin d’être exhaustifs de ce qu’est déjà la réalité augmentée, et il ne fait aucun doute que les applications vont se multiplier dans un bref avenir. Les quelques années qui viennent vont être celles de la réalité augmentée, sous toutes ses formes, et il y a fort à parier que dans cinq ans nous verrons, à travers nos périphériques, le monde qui nous entoure d’une manière totalement différente. Et nous commencerons probablement à le voir au travers d’interfaces qui n’auront plus rien à voir avec nos écrans actuels, fussent-ils mobiles.
La réalité augmentée de demain s’affichera sur des lunettes interactives, telles que celles développées par Laster Technologies. Avant qu’elle ne s’affiche sur des lentilles…

Les films d’anticipation tels que Terminator et sa vision augmentée seront bientôt des réalités. Augmentées.

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com

Laster, start-up française de réalité augmentée, finaliste du prix technologique le plus prestigieux aux US!

Retenez bien ce nom : Laster Technologies. Vous devriez en entendre parler dans les mois et les années à venir!

En effet, cette petite société française, qui conçoit des systèmes optiquo-informatiques destinés à la réalité virtuelle, a été sélectionnée parmi les 5 projets innovants les plus prometteurs à court terme par l’IEEE, association américaine de l’électronique et de l’informatique, qui se définit comme « The world’s largest professional association for the advancement of technology ».
Ces cinq projets ont fait l’objet d’un vote de la part des membres de l’organisation, dont les résultats ont été dévoilés le 3 Mai lors de l’ACE Awards Ceremony à San Jose, Californie. Et si Laster n’a finalement pas été retenue parmi les deux gagnants (Willow Garage, une société révolutionnaire de robots domestiques et IBM, merci pour la start-up!), le simple fait d’avoir été finaliste d’un évènement aussi prestigieux force le respect et mérite qu’on s’y intéresse de près.

Mes deux prochains billets sont donc consacrés à ce sujet :

Au fait, une start-up française finaliste d’un des plus prestigieux prix technologiques internationaux, vous en aviez entendu parler, vous???

Pour plus d’informations sur la Réalité Augmentée, ou une aide à la mise en oeuvre d’un projet : http://augmentedmedia.com